Lutte contre le travail des enfants dans les mines de mica : L’Etat poursuit sa lancée pour leur assurer un avenir meilleur

L’Etat avance de bon pas et finalise son plan d’action vers l’éradication de la problématique concernant le travail des enfants les mines de mica dans le Sud de Madagascar, en l’occurrence la Région Anosy. Des actions inconditionnelles dont la finalité dépasse la simple limite de ratification des différentes conventions, ou la crainte d’éventuelles sanctions à l’encontre du pays, mais il est surtout question de profonde volonté d’agir face à ce fléau et de préparer un avenir meilleur pour notre génération future.

A l’issue de plusieurs réunions conjointes préalables, un atelier de finalisation et de validation du plan d’action de la lutte contre le travail des enfants dans les mines de mica s’est tenu durant la journée du lundi 17 mars 2020, au Ministère des Mines et des Ressources Stratégiques à Ampandrianomby. Une journée bloquée, ayant vu la participation des parties prenantes engagées dans ce sens, notamment l’Administration, avec la collaboration des Ministères concernés : le Ministère des Mines, le Ministère du travail, le Ministère de la Population et celui de l’Education nationale. Les Partenaires Techniques et Financiers appuient également cet effort dont l’UNICEF, le BIT, l’ONG PACT, ainsi que l’Ambassade des Etats Unis. Les opérateurs et sociétés civiles ont également confirmé leur participation. Tous ces acteurs prévoient de mettre en œuvre incessamment un plan d’action, élaboré conjointement, pour concrétiser les prises de mesures allant jusqu’à l’éradication totale de la problématique concernant le droit des enfants et la chaîne de valeurs de la filière mica à Madagascar.

« Qu’on se le dise, l’Etat malagasy ne demeure pas au stade de spectateur face à ce phénomène dont il est conscient », s’est exprimé le Ministre des Mines et des Ressources Stratégiques Fidiniavo RAVOKATRA, il a ainsi attiré l’attention sur les actions gouvernementales déjà initiées dans ce sens, entre les départements ministériels concernés.

Dès le début du processus, un plan d’action a été rédigé et des actions, entamées. Entre autres, pas plus tard que la fin de semaine dernière, une délégation du Ministère des Mines s’est dépêchée à Fort Dauphin pour constater de visu les réalités sur le terrain et essayer d’identifier les actions immédiates. La mission, qui fait partie du processus, consistait principalement à encourager une implication active des exportateurs qui ont montré leur volonté de collaborer. Un dialogue avec les CTD et STD a également eu lieu afin d’initier les actions conjointes. Par ailleurs, il était également question de renforcer les mesures environnementales et actions sociales adaptés aux contextes ainsi que les suivis de la mise en œuvre des engagements des opérateurs. De leur côté, ces opérateurs ont déjà prouvé par écrit leur ferme engagement et volonté de lutter contre le travail des enfants dans les mines de mica. A la lumière des situations et faits constatés sur terrain, la validation du plan d’action fut une étape de plus pour renforcer cette quête déjà engagée.